//
Vous lisez...

Médecine

Vaccination contre l'hépatite B : campagne renforcée

hepatitebDidier Houssin, directeur général de la santé, a présenté le “plan national 2009-2012 de lutte contre les hépatites B et C”.
L’un des objectifs prioritaires est de restaurer la confiance dans la vaccination contre l’hépatite B.
En effet, depuis une quinzaine d’années, l’hypothèse d’un lien entre cette vaccination et la sclérose en plaques a semé le trouble dans le grand public et parmi les professionnels de santé. Une méfiance qui, selon la Direction générale de la santé, n’a pas de raison d’être.
Daniel Dhumeaux, à la tête du comité stratégique du programme national hépatites virales, a indiqué que de nombreuses études ont été réalisées sans pouvoir faire la démonstration d’un lien entre vaccination et risque de développer une affection démyélinisante.
Par ailleurs, une simulation réalisée par l’InVS indique que la vaccination des enfants de 11 à 16 ans effectuée depuis 1994 a permis d’éviter environ 8 000 hépatites aiguës, 20 000 infections, 800 infections chroniques et 40 hépatites fulminantes.
La prévalence des hépatites B et C demeure toutefois préoccupante en France :  il s’agit de “réduire la transmission”, en “augmentant la couverture vaccinale contre l’hépatite B pour l’ensemble de la population”.
Le plan se fixe comme objectif de passer le taux de dépistage de 57 % à 80 % pour l’hépatite C et de 45 % à 65 % pour l’hépatite B.
Les professionnels de santé sont incités à proposer systématiquement un dépistage en cas de détection d’un facteur de risque.

Discussion

Pas de réponses pour “Vaccination contre l'hépatite B : campagne renforcée”

  1. Je ne suis absolument aps d’accord avec votre politique de vaccination à outrance….des gens sont malades à cause de ses vaccinations: mon frère en l’occurance!
    Vous n’avez aucun recul sur les choses et pour vous les gens plus sensibles à la vaccination peuvent aller se faire voir ailleurs! Je connais personnellement un médecin qui refuse la plupart des vaccinations pour ses enfants excepté le DTpolio! alors faudrait accorder vos violons et éviter de mettre en porte à faux bon nombre de vies!
    Moi, je ne supporte plus certains vaccins et je n’ai pas envie de dévolpper une myofasciite à macrophage comme mon frère!! je suis déjà empoisonnée par mes amalgames dentaires au mercure et les autres vaccins reçus ces dernières années, je ne suis déjà mal (fibromyalgie, allergies, spasmophilie, fatigue chronique et plein d’autres symptôles tous aussi bizards qu’ inexpliqués selon vos méthodes d’analyses)!
    ALORS NIET, NIET , NIET, gardez les pour vous vos vaccins!
    Je ne vous salue point!
    Michelle Kadiri, Architecte DPLG

    Publié par Michelle Kadiri | 20 avril 2009, 18 h 09 min
  2. Bonjour,
    Contrairement à beaucoup d’autres billets sur le blog celui-ci n’est ni un “billet d’humeur”, ni un billet mettant en avant notre point de vue, il s’agit simplement d‘informer d’une  stratégie gouvernementale.

    Je ne rentrerai pas sur ce blog sur le débat des vaccins (et leurs effets secondaires). Je comprends parfaitement vos craintes, et je les respecte.

    Sur fait d’accorder nos violons, et les pratiques de certains médecins, il est clair que chaque praticien dispose d’une certaine liberté, et surtout est libre d’avoir ses propres convictions qui (heureusement) n’engagent que lui… Je ne saurais répondre ou m’entendre opposé l’argumentaire d’un confrère. C’est un peu comme les architectes qui ne sont pas tous d’accord entre-eux  🙂

    Evitons donc la polémique. A chaque médecin, et à chaque parent de prendre la responsabilité vis à vis des vaccinations d’un enfant. Comme bien souvent en médecin il faut utiliser la “balance risque-bénéfice”… et comme trop souvent, un risque “très faible” c’est bien trop quand ca tombe sur soi !

    Je vous salue cordialement.

    Publié par Vincent | 20 avril 2009, 23 h 47 min
  3. Donc, selon vous on doit à nouveau se mettre à vacciner tout le monde… le bébé en bas age, l’adulte, le vieux, tout le monde… ceci a un sacré cout pour la sécurité sociale et par contre, au final, on évite quoi?

    20 hépatites fulminantes… mais en face on a quelques centaines de scléroses en plaque liées surement au vaccin et plusieurs milliers d’affections liées à l’aluminium des vaccins…

    Vous dites qu’on vaccinerait à tour de bras pour prévenir 20000 infections… tiens d’ou sort le chiffre? Un lobby aurait il payé l’étude? Qui fabrique les vaccins… il me semble que ce sont des boites pharmaceutiques qui ont aussi essayé de vendre de l’accomplia et d’autres dérivés et qui ont été arrétés pour des causes de suicides liés à la prise de médicaments anti-obesité… oui, ils auraient pu y penser… toucher aux centres des envies c’est toucher au centre nerveux de la bouffe que celui de l’envi de vivre…

    Bon, Houssin veut vendre des vaccins… il faut le dire clairement plutot que de faire une gymnastique massive de l’esprit…

    Publié par Dr Yannick Comenge | 14 mai 2009, 19 h 43 min
  4. Comme je l’ai dit dans ma réponse précédente, ce billet a uniquement pour but d’informer de la stratégie gouvernementale et du “plan national 2009-2012 de lutte contre les hépatites B et C”.

    Le débat sur la vaccination de toute la population contre l’hépatite B anime la communauté médicale depuis plusieurs années.
    Nous restons vigilant pour vous tenir informé des avancées sur le sujet.

    Je pense pour ma part que les populations à risque devraient être largement vaccinées (personnel hospitalier…), mais pas forcément la population générale. Mais ce n’est que mon avis, que malheureusement n’arrive pas jusqu’aux oreilles de l’état.

    Publié par Vincent | 14 mai 2009, 23 h 34 min

Laisser un commentaire