//
Vous lisez...

Coup de coeur

Théorie hygiéniste : la claque aux maniaques !

Une équipe internationale de chercheurs dirigée par le Pr Kelly de l’université d’Aberdeen (Grande Bretagne) a démontré sur des porcelets qu’une trop grande propreté n’est pas propice à la bonne santé. Un environnement trop aseptisé empêcherait le développement des défenses face à certaines maladies. Oh rage, Oh désespoir… Moi qui vient de faire l’acquisition de lingettes super nettoyante, anti bactéries… Pfffff

L’expérience : les chercheurs ont utilisé trois groupes de dix-huit porcelets et les ont placés dans des environnements différents.
Le premier groupe a vécu de façon habituelle, libre d’aller se rouler dans la boue, ses excréments et ce qui lui plaît.
Le second a vécu normalement mais sans avoir le droit de sortir.
Le troisième groupe a vécu de façon isolée et a reçu des antibiotiques.
Tous ont été tués à des âges différents pour étudier leur flore intestinale.

Les cochons du premier groupe avaient une flore intestinale plus riche en lactobacilles, des bactéries connues pour faire barrage à d’autres bactéries pathogènes. La proportion diminue avec le degré d’isolement.
L’équipe a également mis en évidence la surexpression de certains gènes de l’immunité en fonction de l’exposition à la crasse.

Cette étude est la première à établir un lien entre hygiène excessive et maladie. Les chercheurs suspectaient depuis longtemps une hygiène trop grande de favoriser l’apparition d’allergies ou de pathologies comme la maladie de Crohn. Sans l’accès à certaines bactéries, l’organisme humain est incapable de produire des défenses immunitaires contre certaines pathologies. C’est l’argument de vente de certaines firmes de produits laitiers qui vantent les mérites de leur boisson sur le renforcement du système immunitaire alors qu’ils vendent tout bêtement des lactobacilles (exemple actimel ou equivalent…)
Au total, mieux vaut laisser les enfants manger de la terre et sucer leur tétine après une chute au sol (toutes proportions gardées bien sûr)… Arf, ça remet pas mal de choses en questions pour moi, grande allergique…

Discussion

4 Réponses pour “Théorie hygiéniste : la claque aux maniaques !”

  1. Bonjour,

    Si les conclusions de l’étude montrent seulement une plus grande richesse de la flore en lactobacilles et une sous expression de certaine gène de l’immunité, comme vous l’indiquez dans votre article, comment peut-on en conclure un lien entre hygiène excessive et maladie? Y-a-t-il eu vraiment moins de maladie dans le groupe 1 par rapport au groupe 3?

    D’autre part, si ce genre d’expérience montre effectivement un lien entre l’hygiène excessive des porcs et l’augmentation des maladies, l’extrapolation à l’homme est un peu rapide: quand Danone et les autres font des études cliniques, ils les font sur l’homme, avec des bactéries bien identifiées (tellement identifiées qu’elles sont brevetées) et ils comparent leurs produits avec des placebos (yaourts classiques par exemple).

    Enfin, si vous êtes allergique, je vous conseille de garder vos lingettes: l’hygiène excessive favoriserai effectivement l’apparition des allergies. Mais une fois qu’elles sont là, le principal traitement est l’éviction: ne pas être en contact avec l’allergène est la seule façon d’éviter les crises…

    Publié par LunedeSable | 8 janvier 2010, 10 h 55 min
  2. @lunedesable : je ne conclus pas à un lien entre hygiène excessive et maladie chez l’homme, je rends état de cette étude que j’ai trouvé plutôt amusante et intéressante pour le grand public.
    D’autre part le lien, un peu rapide je vous l’accorde,, à l’homme n’est qu’une piste de reflexion, je ne pretends en aucun cas apporter la preuve formelle de quoi que ce soit, d’ailleurs l’étude non plus !
    Quant à mes allergies : je vous remercie de votre sollicitude… A croire que le second degré ne passe pas toujours… 😉

    Publié par Raphaëlle | 8 janvier 2010, 12 h 36 min
  3. LOL… Le blog de la santé a vocation de proposer une information sur le monde de la santé et de vous permettre de suivre les études qui paraissent dans les journaux médicaux.

    @lunedesable : Concernant les détails que vous réclamez sur “le lien entre hygiène excessive et maladie” je vous invite à lire directement l’étude et à faire quelques recherche sur le sujet.
    Quant à l’extrapolation à l’homme elle est en effet une piste de recherche. Ce genre de raisonnement est classique dans les études médicales (le billet est d’ailleurs classé dans la catégorie recherche médicale).

    Tout article est en effet critiquable (la matière lecture critique d’article est d’ailleurs enseignée en fac de médecine) et aucune étude n’est parfaite, c’est d’ailleurs la multiplication des études qui permet de se faire une idée sur un sujet précis.

    L’article au quel fait référence ce billet n’est pas une bible en ce qui concerne “la théorie hygiéniste” et ne permet pas de terminer le débat (bien au contraire) il s’agit simplement là de proposer une piste de réflexion et un point de plus dans ce camps de ceux qui la défendent.

    Publié par Vincent | 8 janvier 2010, 21 h 22 min
  4. @raphaëlle, @vincent: c’est exactement comme ça que j’ai pris votre article, et je suis complètement en ligne avec vous. L’étude complète peut être consultée ici: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2785767/?tool=pubmed. Si les chercheurs n’ont pas mesuré l’incidence des maladies, ils ont fait une analyse poussée de la flore… Qu’on connait encore très mal. C’est un domaine de recherche passionnant, qui a des applications dans de nombreux domaines. Les allergies, comme vous l’avez souligné, mais également la prise de poids, les maladies du tube digestif, voire même l’ostéoporose comme le suggère cette revue http://jn.nutrition.org/cgi/content/full/137/3/838S. après avoir voulu éliminer au maximum les bactéries, voilà que nous devons maintenant apprendre à vivre avec… En les choisissant au mieux :).

    Publié par LunedeSable | 11 janvier 2010, 17 h 49 min

Laisser un commentaire