//
Vous lisez...

Médecine

Intéret de la morphine dans l’état de stress post traumatique

Voici un article fort intéressant trouvé sur le site psychomedia.qc.ca : La morphine réduirait le risque de développer un syndrome de stress post-traumatique, selon une étude publiée dans le New England Journal of Medicine. Il met en évidence l’intérêt de l’utilisation de la morphine dans le cadre de la réduction de l’état de stress post traumatique.

La morphine, peu de temps après cet événement, diminue la transmission de la noradrénaline dans le cerveau et pourrait influencer la façon dont le cerveau encode les souvenirs traumatiques. L’hypothèse de l’étude est que l’intensité des souvenirs traumatiques seraient liés au niveau de l’hormone de stress noradrénaline (ou norépinéphrine) au moment de l’événement.

L’étude met en évidence que les soldats ayant été traités avec de la morphine dès le début étaient deux fois moins nombreux (47%) à avoir développé le syndrome de stress post traumatique (lien vers l’étude à la fin du billet).

Dans le cadre de mes études médicales j’ai eu la chance de pouvoir travailler quelques mois outre atlantique. Quand des collègue me demandent la plus grosse différence “entre eux et nous” je dois bien avouer que l’utilisation des morphiniques sous toutes ses formes) est probablement l’exemple que je donne le plus facilement.

En France nous avons peu la culture l’utilisation de morphiniques dans les services d’urgence alors que là bas toute fracture a droit à sa sous cut’ de morphine.
Je ne rentrerai pas dans le débat pour ou contre l’utilisation a grande échelle de la morphine mais je dois bien avouer qu’ils ont quelques bons arguments (la titration, le soulagement efficace, et l’existence même d’un antidote est en soit une très bonne raison de l’utiliser).

Cela dit la lourdeur de la prescription de ces produits dans un service hospitalier français et l’image que son utilisation renvoi au patient et à sa famille fait que nous utilisons ces produits avec beaucoup plus de parcimonie qu’eux.

Pour une fois un billet un peu moins grand publique que d’habitude mais mais j’ai vraiment trouvé cette information intéressante à communiquer… Le prochain patient qui vient pour un trauma, je sais ce que je vais lui prescrire ! NA !

En savoir plus : Morphine Use after Combat Injury in Iraq and PTSD
Photo : Dr. Saudade, http://www.flickr.com/photos/huw/

Discussion

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire