//
Vous lisez...

Etudes de médecine

Médecine générale : Des internes sur une voie de garage ?

Les problématiques de la démographie médicale impliquent entre autres une augmentation des flux de formation des internes de médecine générale.

Cependant, l’augmentation de leurs effectifs mène aujourd’hui à une saturation des terrains de stage.

Certains types de stages sont dans une situation critique.

Le nombre de maîtres de stage de médecine générale est un facteur limitant. Le recrutement est d’année en année plus impératif.

Il faut citer également le cas de la gynécologie et la pédiatrie, qui sont aujourd’hui obligatoirement réalisés à l’hôpital. Il est urgent de permettre de réaliser ces stages en ambulatoire.

Sans cela, c’est à environ 200 internes de médecine générale qu’il faudra annoncer à la rentrée qu’ils ne feront pas leur Diplôme d’Etudes Spécialisées en trois ans.

L’ouverture des stages sur l’ambulatoire ainsi qu’un recrutement massif de praticiens ambulatoires sont depuis longtemps incontournables. L’ISNAR-IMG a émis plusieurs documents de propositions à ce sujet. Aujourd’hui l’urgence est devenue extrême.

On peut demander aux futurs médecins généralistes qu’ils s’investissent pleinement dans les différentes missions qui sont confiées à la profession. À condition de leur fournir une formation digne de ce nom.
Pour le Bureau de l’ISNAR-IMG,
Pierre CHAPUT, Porte Parole.