//
Vous lisez...

Médecine

Manger bio n’est pas meilleur pour la santé

Les produits issus de l’agriculture biologique ne sont pas meilleurs pour la santé que les aliments ordinaires : ce sont les conclusions de Léon Guéguen et Gérard Pascal, chercheurs honoraires de l’Institut national de la recherche agronomique, dans une étude parue dans Les Cahiers de nutrition et de diététique.
Ces spécialistes en nutrition humaine et sécurité alimentaire ont examiné en détail plus d’une centaine d’articles scientifiques publiés depuis 2003. Ils constatent que «les faibles différences observées ne confèrent pas aux aliments “bio” un avantage nutritionnel ou sanitaire significatif dans un régime alimentaire global».

Léon Guéguen précise : « Nous avons décidé d’aborder les aspects toxicité, censés être plus favorables aux produits bio, et d’intégrer quelques études fiables publiées dans ce que l’on appelle la “littérature grise”.

Gérard Pascal note quant à lui que « le recours aux produits chimiques de synthèse étant exclu, on retrouve logiquement moins de pesticides dans les produits bio, mais on en trouve quand même… ».

La faute aux traitements effectués dans les champs conventionnels voisins… Pas de quoi s’affoler pour autant : les teneurs retrouvées sont dans les deux cas très faibles.
Notez également que le cuivre, le soufre, la roténone et l’huile de neem, parfois massivement utilisés par les producteurs bio pour lutter contre certains parasites, n’ont fait à ce jour l’objet d’aucune recherche…

Aussi, si la réduction dans les cultures bio des produits chimiques (engrais, produits phytosanitaires) favorise la production par la plante de substances antioxydantes bénéfiques pour la santé, comme les polyphénols, elle facilite aussi la production de métabolites secondaires et de toxines naturelles dont l’innocuité n’est pas garantie, estiment les deux auteurs.

Les 2 spécialistes font la peau aux idées reçues sur les nitrates : ils n’hésitent pas à classer ces derniers, en dépit de leur réputation très négative dans l’opinion, parmi… les nutriments. Autrement dit des composés bénéfiques pour la santé ! Et de citer leurs propriétés bénéfiques dans la «sphère orogastro-intestinale» ainsi que leur rôle dans la prévention de l’hypertension artérielle et des troubles cardio-vasculaires.
Les seuls risques qu’ils présentent résultent de leur réduction en nitrites, surtout chez les nourrissons, et de la formation de nitrosamines cancérigènes dans le tube digestif.

Une étude qui amène a réfléchir sur le contenu de notre assiette qu’on nous promet de plus en plus sain, mais a quel prix ? et pour quel réel bénéfice santé ?