//
Vous lisez...

Médicaments

La lumière sur le Diantalvic

Le Diantalvic est un antalgique (anti douleur) puissant classé palier 2 de l’OMS (palier 1 pour le paracétamol, palier 3 pour la morphine). Il contient une molécule, le dextropropoxyfène, qui fait débat en ce moment… Difficile de passer à coté entre ça et Michael Jackson

Ou est le débat ? Quel est le danger ?
Le Diantalvic est largement utilisé par les médecins, il contient une association de paracétamol et de dextropropoxyfène (promis, la 3e fois que je l’ecris j’y arrive du premier coup !). Cette molécule permet à l’organisme de métaboliser un dérivé de la morphine, vous comprenez donc que chaque personne a une reaction différente selon que son organisme est plus ou moins efficace pour utiliser ce métabolite.

Le débat vient du fait que l’agence européene du médicament, l’EMEA, a rendu publique une décision selon laquelle le Diantalvic devait être progressivement retiré du marché car il existe un risque vital en cas de surdosage. Dans certains pays européens, comme au Royaume Uni ou en Suede, le médicament est souvent utilisé pour les suicides…

Mouais… Mon avis c’est que la plupart des médicaments sont en vente libre dans certains pays d’Europe et que le conditionnement offre la possibilité d’avaler 100 cachets au lieu des 10 présents dans nos boites… (je schématise)

Le risque en pratique ? Devez vous arrêter d’en prendre ?
Les médecins et les patients sont invités à changer leurs habitudes dans un délai d’un an… Juste le temps de trouver un remplaçant efficace…
Il n’est pas nécessaire de jeter vos boites, vous pouvez continuer à en prendre sous contrôle médical en veillant à prendre les doses indiquées par votre médecin.

En pratique je ne suis pas très convaincue par les arguments avancés pour le retrait du Diantalvic : les habitudes européennes ne sont pas les nôtres, par ailleurs, je pense qu’il va être difficile de trouver un antalgique équivalent qui n’occasionne pas de dépendance ni d’effets sur la vigilance tout en étant efficace…

Photo via : www.lefigaro.fr

Discussion

8 Réponses pour “La lumière sur le Diantalvic”

  1. c’est vraiment dommage car les problemes que posent ce médicament sont vraiment rare en France.

    aujourd’hui une patiente qui en consomme depuis plusieurs mois nous a demandé si elle pouvait continuer le Diantalvic ? Oui biensur que vous pouvez finir vos boites (pas d’un coup… hein ^^).
    Ce médicament qui était efficace la semaine derniere l’est toujours aujourd’hui. De toute facon cette interdiction prendra effet dans 1 an.

    Dans l’article ci-dessus il est clairement expliqué que la toxicité du dextropropoxyfène a toujours été connu et qu’elle est dose/dépendant. Les problèmes avec ce médicament se sont dans la majorité des cas produit dans ces pays le diantalvic est en vente libre et conditionné en grande quantité !

    Si vous respectez les posologies et que vous avez toujours toléré ce médicament, ce n’est pas la peine de foncer chez votre médecin.
    Lors de la prochaine consultation, ce sera par contre le bon moment pour discuter avec lui d’une alternative.

    N’hésitez pas à nous faire part de votre avis.

    Publié par Vincent | 30 juin 2009, 1 h 30 min
  2. Je pense que ce retrait est inutile et dommageable.

    En effet, il s’agit d’un médicament efficace et pas plus dangereux que le Tramadol ou la Codéine, ses équivalents de palier 2, mais souvent mieux toléré que ces derniers…

    La principale critique que j’aie entendu sur le Dextropropoxyphène c’était un usage détourné par certains toxicomanes. Mais je ne pense pas qu’en cas de surdosage, très peu probable en effet avec nos conditionnements, on prenne vraiment ce risque en France.

    Je pense que cette mesure n’apportera rien, mais plutôt qu’elle enlèvera à certains patients une source de soulagement antalgique sans nausées ou somnolence excessive.

    Publié par Adi | 9 septembre 2009, 12 h 31 min
  3. @ Adi : tout a fait d’accord avec toi, ca me parait assez dommageable pour les personnes necessitant un palier 2…

    Publié par Raphaëlle | 10 septembre 2009, 22 h 59 min
  4. Bonjour,
    Pour moi le retrait du Diantalvic , me parait injustifié … L’excuse du suicide me semble effectivement un peu audacieuse , car en France comme ailleurs nous savons très bien qu’une personne qui souhaite mettre fin à ses jours le fera avec ou sans diantalvic !!
    Pour ce qui est de la dépendance …. pffff en dépend qui le veut !! Personnellement je prends du Diantalvic depuis 15 ans , et cela que dans mes périodes de grosses douleurs , soit environ 15 jours dans l’année, à raison de 6 gélules par jour/ 6 jours , la plus part du temps 4gélules/4 jours me suffisent .
    Alors que si pour calmer mes douleurs , je prends un autre antalgique il me faut pendre 2 gélules toutes les 3heures sans pour autant calmer réellement la douleur et au bout de 15 jours ma douleur est toujours bien présente !!!
    Je pense que la seule dépendance qu’il y est , c’est celle du porte feuille de l’état aux antalgiques classiques qui leur rapporte bien plus que le diantalvic , compte tenu qu’il faut environ 4 boites d’antalgiques classiques , pour remplacer ce que nous faisons avec 1 boite de Diantalvic.

    Dernière petite remarque de taille , personnellement le Diantalvic ne m’a jamais donner de maux d’estomac alors que je ne peux pas en dire autant de certains autres antalgiques !!

    Publié par Martin R. | 15 septembre 2009, 14 h 40 min
  5. Je voulais juste réagir sur les dépenses de l’État.
    La caisse de la Sécurité Sociale est théoriquement indépendante de l’État, et gérée à partir des cotisations salariales des français actifs.
    Cependant en pratique l’État gère les comptes et son déficit perpétuel reste un problème pour les ministères successifs.

    Mais l’État ne “s’enrichit” jamais de la vente d’un médicament. Bien au contraire, pour les médicaments remboursés. Les labos oui, Sanofi jubile, mais l’État non.
    Par contre l’intérêt de l’État réside dans le déremboursement de médicaments très utilisés, qui justement lui coûtent cher !

    Pour l’exemple du Paracétamol, antalgique classique s’il en est, le déremboursement est prévu et devrait, non pas rapporter, mais éviter de perdre, des millions d’euros annuels à la Sécu.

    Donc à mon sens, si le retrait du Diantalvic a aussi et surtout un intérêt commercial pour l’État, il l’est de par le fait que l’État n’aura plus à payer 65% de son prix lorsqu’il est prescrit et surtout 100% de son prix pour les personnes en ALD 30.

    Voilà.
    Mais je reste d’accord pour le reste, le fait que son retrait du marché sera plus délétère que profitable…. Pour tous, sauf… Pour l’État.

    Publié par Adi | 15 septembre 2009, 22 h 26 min
  6. On vous empêchera de boire, de fumer,de prendre des anti-douleurs, de conduire trop vite… Vous mangerez en bougeant et cinq fruits et légumes par jour. Et vous serez en bonne santé, espèce de s…, sinon gare à vous. Scrongneugneu, l’Etat veille. Big Brother est partout et jusque bientôt dans vos draps pour vous dire ce que vous devez ou ne devez pas faire. Le totalitarisme soft… On y est.

    Publié par preservatif | 1 août 2010, 14 h 00 min
  7. Tout le monde est d’accord pour dire que le di antalvic est UTILE et IRREMPLACABLE pour la majorité des utilisateurs.
    D’autre part tout le monde est également d’accord pour dire que l’utilisation en France n’est pas la même que dans les autres pays d’Europe et qu’il y a peu d’accidents…
    Alors expliquez-moi pourquoi PERSONNE ne se mobilise vraiment, au niveau du gouvernement, dans les médias… que sais-je pour faire une exception pour la France?
    Il est clair qu’il n’y a pas de médicament équivalent pour le remplacer ; moi-même j’ai essayé autre chose mais rien de concluant tant au niveau de la suppression de la douleur que des effets secondaires (inexistants avec le di antalvic).
    Et en plus c’est pas cher !!!
    Je vous en supplie, vous qui avez quelque pouvoir et qui me lisez, faites un “buzz” comme on dit maintenant !

    Publié par jezequel | 11 janvier 2011, 13 h 59 min
  8. mon mari a suibit deux interventions, pour un pontage des membres inferieur l un en1998, et l autre en 2008,et il est sous diantalvic depuis ,les medecins on changer pour les subtitus style diagiresses et autres et celà ne le soulade pas du tout, nous avons inscister pour que l on lui redonnes les diantalvics et avec sa dose journalire de 2; 2, 2, soir et sans en reprendre il est soulager assez vite, il faut savoir aussi que la 2 ope on lui a souvee sa jambe, mais helas si on devait le reopere car il na plus de veine mais un tuyhau ,il perdrais sa jambe voilà alors donnez les diantalvique a ceux qui en on vraiment bessoin et m en prennent pas plus merci,bonne annee

    Publié par CHEDETTE | 13 janvier 2011, 23 h 17 min

Laisser un commentaire