//
Vous lisez...

Médicaments

La lumière sur le Diantalvic

Le Diantalvic est un antalgique (anti douleur) puissant classé palier 2 de l’OMS (palier 1 pour le paracétamol, palier 3 pour la morphine). Il contient une molécule, le dextropropoxyfène, qui fait débat en ce moment… Difficile de passer à coté entre ça et Michael Jackson

Ou est le débat ? Quel est le danger ?
Le Diantalvic est largement utilisé par les médecins, il contient une association de paracétamol et de dextropropoxyfène (promis, la 3e fois que je l’ecris j’y arrive du premier coup !). Cette molécule permet à l’organisme de métaboliser un dérivé de la morphine, vous comprenez donc que chaque personne a une reaction différente selon que son organisme est plus ou moins efficace pour utiliser ce métabolite.

Le débat vient du fait que l’agence européene du médicament, l’EMEA, a rendu publique une décision selon laquelle le Diantalvic devait être progressivement retiré du marché car il existe un risque vital en cas de surdosage. Dans certains pays européens, comme au Royaume Uni ou en Suede, le médicament est souvent utilisé pour les suicides…

Mouais… Mon avis c’est que la plupart des médicaments sont en vente libre dans certains pays d’Europe et que le conditionnement offre la possibilité d’avaler 100 cachets au lieu des 10 présents dans nos boites… (je schématise)

Le risque en pratique ? Devez vous arrêter d’en prendre ?
Les médecins et les patients sont invités à changer leurs habitudes dans un délai d’un an… Juste le temps de trouver un remplaçant efficace…
Il n’est pas nécessaire de jeter vos boites, vous pouvez continuer à en prendre sous contrôle médical en veillant à prendre les doses indiquées par votre médecin.

En pratique je ne suis pas très convaincue par les arguments avancés pour le retrait du Diantalvic : les habitudes européennes ne sont pas les nôtres, par ailleurs, je pense qu’il va être difficile de trouver un antalgique équivalent qui n’occasionne pas de dépendance ni d’effets sur la vigilance tout en étant efficace…

Photo via : www.lefigaro.fr