//
Vous lisez...

E-santé

Jeux videos et dépression

Le Figaro a consacré un article à la dépendance aux jeux vidéo, ou « la nouvelle crise d’adolescence ».

Les parents sont de plus en plus inquiets face à ces jeux de rôle (mmorpg, tel World of Warcraft, Dofus, Guild Wars….) qui absorbent leurs enfants, dictent leur comportement et focalisent leur revendications. Dans les foyers, les jeux vidéos sont sources de nouveaux conflits. Tout est matière à négociation : temps de jeux, violence des interfaces. Les jeux de rôles comportant des univers permanents sont d’autant plus pervers que les jeunes peuvent se créer leur propres communautés d’amis virtuels…

Un sondage IPSOS réalisé pour e-enfance montre que « près de 41 % des parents trouvent que leurs enfants jouent trop longtemps.
Pour un quart des parents, ces jeux sont devenus la principale source d’affrontements ».

Pour ce qui est de la santé, en dehors des troubles de la concentration et de la fatigue visuelle qui sont déjà des effets connus de l’abus d’écran, une première étude, publiée par des chercheurs de la faculté de médecine de l’Université de Pittsburgh (Etats-Unis), vient d’établir une corrélation entre un excès de télévision et de jeux vidéo à l’adolescence et le développement de symptômes de dépression chez les jeunes adultes.
Cette causalité reste controversée dans la communauté scientifique. Celle-ci fait d’ailleurs savoir que l’INSERM doit prochainement lancer une étude pour mesurer la cyberdépendance et l’éclairer.

La bonne question pour moi  c’est : cause ou conséquence ?
Est ce l’abus de jeux vidéos qui accroit le risque de développer des symptômes dépressifs ou bien est ce la difficulté de l’abord social qui rend les jeunes dépressifs et les poussent à se retrancher dans leur monde virtuel ? Des questions qui valent la peine d’être creusée quand on voit que l’industrie du jeux-videos représente 50% des divertissements des français en 2008.

Si vous aussi vous avez craqué pour la DS et les promesses de rajeunissement cérébral, lisez ceci !