//
Vous lisez...

Faits divers

Décès d’un nourisson en attente d’une greffe intestinale.

“Le 1er janvier, vers 13H00, une infirmière et une auxiliaire puéricultrice étaient chargées de changer la perfusion de l’enfant, qui se trouvait en attente d’une greffe de l’intestin. Il fallait régulièrement perfuser l’enfant qui disposait d’un cathéter.

bbebeLe vendredi 2 janvier, le nourrisson de 6 mois, hospitalisé depuis le mois de septembre à Bullion en attente d’une greffe d’intestin, est décédé à la suite d’une erreur de dosage de sa perfusion de substitut alimentaire commise la veille par une infirmière et une aide puéricultrice de l’établissement.

Les deux personnels devaient régler la vitesse du dosage mais ont commis une erreur en validant une vitesse trop importante d’écoulement du substitut alimentaire”, a expliqué Yannick Gouriou, le directeur de l’hôpital de Bullion.

En dernier recours, Louis-Joseph avait été transféré jeudi aux urgences pédiatriques de l’hôpital Necker à Paris. C’est là qu’il est finalement décédé. Le directeur de l’hôpital Bullion a présenté “ses excuses” à la famille et assuré “compatir à la douleur des parents”. La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a elle aussi adressé “ses condoléances profondément attristées aux parents de l’enfant et s’associe à leur douleur”.

“Il est trop tôt pour parler de dysfonctionnement, mais il y a peut-être eu un problème de régulation”, a estimé de son côté Roselyne Bachelot dans le Journal du Dimanche, qui s’est targuée d’être “la ministre de la qualité des soins”. Elle a annoncé pour mi-janvier une “réunion de retour d’expérience sur la permanence des soins ». L’hôpital a “les moyens de fonctionner” mais “a besoin d’une meilleure organisation”, a jugé de son côté le ministre du Budget Eric Woerth.

Alors que ce drame s’ajoute au décès d’Ilyès quelques jours plus tôt, le syndicat national des pédiatres des établissements hospitaliers met en cause «un manque de moyens pour l’hôpital». Au ministère de la Santé, on promet une meilleure «sécurisation du circuit des médicaments». Une réunion avec les syndicats est annoncée courant janvier. Une enquête administrative a été ouverte. Hier, les parents ont porté plainte pour non assistance à personne en danger. Deux enquêtes judiciaires sont ouvertes : une à Paris sur les causes de la mort, une autre à Versailles sur l’erreur médicale.

Décidément, les procédures judiciaires et les erreurs médicales font beaucoup parler d’elles ces derniers temps. Allons nous comme nous le disent nos anciens vers un système de plus en plus judiciarisé, ou est-ce simplement le vent de l’hiver et le courant médiatique qui font ressortir ces affaires ! A suivre !

Source : Europe1.frNouvelobs.frLibération.fr