//
Vous lisez...

E-santé

Contador, VO2max = 100% patator !

Ah, le mois de juillet, ses vacances, ses plages, et son infini Tour de France… Bien que je reconnaisse le coté sportif de l’épreuve je dois bien avouer que ca ne m’intéresse pas du tout… (voilà qui justifie mon billet)… Pour une fois j’ai trouvé quelque chose d’intéressant (et de médical) sur le Tour de France qui vient de s’achever. Tout le monde semble se satisfaire qu’il n’y a pas eu de cas de dopage cette année.

Est-ce pour autant un tour “clean” ?

vo2max-contadorA défaut d’avoir des résultats d’analyse antidopage c’est toujours intéressant d’analyser les performances des coureurs (et en particulier de Contador) et en tirer les conclusions que l’on veut.

Bien que je ne doute pas de la sincérité des vélos-man, je tenais simplement à vous faire par de quelques réserves :
– Pour ne pas “gacher le spectacle” les résultats les tests de dopage seront connus plus tard (les urines stockées en France peuvent être conservées légalement huit ans).
– Dans le sport comme dans bien d’autres disciples les tricheurs ont souvent un temps d’avance sur les policiers… il est probable que certaines substances (non encore détectées) puissent être utilisées afin d’améliorer les performances des sportifs.

Soyons clair, je n’ai pas dit qu’ils étaient dopés, je serais le 1er content à ce que le vélo (mais aussi l’athlétisme…) soit un “sport propre”. Le Tour vient de se finir, il est temps de faire le bilan et outre “les noms d’oiseaux” qui fusent entre Contador et Amstrong c’est la VO2 max de Contador qui est interessante à analyser !

La VO2 (consommation d’oxygène) de Contador est impossible si l’on étudie la physiologie humaine. Pour obtenir des performances identiques il faudrait faire passer plus de 5 litres d’oxygène par minute dans un organisme !

En comparons Danilo Di Luca, vice-roi du dernier Giro (Tour d’Italie 2009), deux fois positif à la Cera (une EPO de 3è génération), a grimpé à San Luca, au-dessus de Bologne, en 5’54’’ à 21,36 km/heure une pente à 9,7 %. Ce qui correspond à six minutes à 100 % de PMA (puissance pulmonaire maximale), 460 watts, soit 7,54 watts/kilo. Ce serait une VO2 de 94,5 millilitres par minute et par kilo pour Di Luca, à rapprocher donc des 99,5 de Contador (…)

Il faut redire les choses : le dopage est avéré à 410 watts, «miraculeux» à 430 et «mutant» à 450 (…) Laurent Fignon considère tout cela comme du «pipeau». La lutte et le discours antidopage ne sont pas confiés à des indépendants du monde sportif, comme l’expert allemand Franke ou le pape italien de la lutte contre le dopage, Sandro Donati.000

On vit la fable, on la subit aussi. Surtout les coureurs propres.