//
Vous lisez...

Cancérologie

L’accès aux antidouleurs trop rare dans le monde

souffranceL’accès aux antidouleurs trop rare dans le monde ! Le Monde note en effet que « selon l’OMS, 80 % des habitants de la planète n’ont pas suffisamment accès aux soins palliatifs, et des dizaines de millions de personnes endurent chaque année de terribles douleurs ».

Dans la plupart des cas, ces souffrances pourraient être soulagées, de manière efficace et à faible coût, par l’administration de substances opiacées, notamment de morphine. Mais celle-ci fait en général défaut dans les pharmacies comme dans les lieux de soins.

En Afrique, 32 pays ne bénéficient pratiquement d’aucune distribution de morphine. A Mexico, ville de 18 millions d’habitants, on ne la trouve que dans 9 pharmacies et hôpitaux.

Le Monde cite l’association Human Rights Watch, qui remarque qu’« un grand nombre de pays ne considèrent pas les soins palliatifs et le traitement de la douleur comme des priorités en matière de santé ».

Au coeur du problème : les lois sur le contrôle des stupéfiants et leur mise en application, qui compliquent souvent inutilement l’accès aux analgésiques à base d’opiacés. A quoi s’ajoute, parfois, la force de l’habitude, au Kenya, par exemple, les médecins voient si souvent leurs patients mourir dans la douleur qu’ils pensent que c’est ainsi qu’on doit mourir.

Certains pays semblent toutefois parvenir à briser ce cercle vicieux se penchant sur le cas de la Roumanie, où la médecine palliative est devenue « un modèle pour plusieurs pays.

Discussion

2 Réponses pour “L’accès aux antidouleurs trop rare dans le monde”

  1. C’est assez terrible de lire ça. Merci de nous informer, en espérant que la situation évolue.

    Publié par Sandra | 8 avril 2009, 9 h 45 min
  2. Je crois que certains pays devraient re-visister ces lois draconiennes à l’égart des traitements contre la douleur. Bien des pays en font leur priorité, et ce, même pour les animaux.

    Publié par Clinique Vétérinaire Québec | 19 mars 2012, 19 h 06 min

Laisser un commentaire