//
Vous lisez...

Prévention

Maladie d’Alzheimer : un nouveau système de videovigilance à domicile

Cet article pour vous présenter un système de surveillance intelligent au service des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et des aidants qui les accompagnent : le système proposé par Link Care Services (LCS). Pionnier de la “gérontotechnologie” il s’agit d’un dispositif capable de détecter les mouvements anormaux et d’envoyer l’alerte : avantage par rapport à la téléalarme car le patient n’a pas besoin d’intervenir.
LCS propose un service de vigilance spécialement imaginé pour accompagner les patients atteints de la maladie d’Alzheimer et leurs aidants. Mis au point avec des professionnels de santé (gériatres, ergothérapeutes, psychiatres…), le dispositif de vidéovigilance, assisté par ordinateur, va pouvoir prendre le relais des aidants pendant quelques heures, grâce à un logiciel permettant d’analyser les comportements du patient et de détecter toute anomalie. Ce système autonome permet aux aidants de bénéficier quotidiennement de moments de répit, et ce en toute
sécurité et en toute sérénité : l’aidant déclenche et éteint le système quand il le souhaite. Le patient n’intervient pas. Il n’a rien à faire, rien à déclencher, et ne se rend souvent pas compte de la présence du dispositif.
Dès la mise en service du système, le comportement de la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer est analysé. Mais les images sont cryptées et totalement confidentielles. Pour respecter l’intimité des patients, elles ne sont exploitées qu’en cas d’alerte confirmée : chute, perte de l’équilibre, immobilité anormale…
Comment ça marche au domicile ?
  • La vigilance : le dispositif veille sur le patient, dans le plus grand respect de son intimité. Des capteurs sonores et visuels sont préalablement installés sur le lieu de vie du patient ; ils vont crypter les informations via l’ordinateur pour les transmettre aux centres LCS. Mais les images ne sont pas visionnées par les surveillants de LCS. Seul le logiciel les analyse.
  • La surveillance : le logiciel d’intelligence artificielle identifie toute anomalie comportementale, et n’enverra une alerte si, et seulement si, un risque d’incident est détecté. Une équipe formée par des professionnels spécialisés dans ces maladies neurologiques étudie le contenu de l’alerte. Cette phase d’observation permet une levée de doute immédiate.
  • L’assistance : en cas d’urgence, et si le doute se confirme, une intervention est effectuée au plus vite pour assurer la sécurité du patient. Si nécessaire, les secours sont appelés après que la famille ait été avertie.
L’installation des capteurs est discrète et s’intègre dans un aménagement sécurisé de l’espace de vie du patient.
Le dispositif est installé par un professionnel. Il comprend un ensemble de systèmes garantissant un maximum de sécurité : détecteurs de fumée, d’inondations, caméras… Le matériel est mis à la disposition des familles gratuitement par la société LCS.
En janvier 2009, la société Link Care Services a obtenu la reconnaissance du dispositif comme un « Service à la personne » par l’Agence Nationale du Service à la Personne. 2 implications en découlent :
  • Une preuve de confiance : cette reconnaissance intervient après l’examen approfondi d’un dossier extrêmement complet fourni par l’entreprise demandeuse.
  • Une économie de 50% du coût total pour les familles : la décision favorable de la Direction Départementale du Travail, de l’Emploi, et de la Formation Professionnelle (DDTEFP) permet aux utilisateurs du dispositif de bénéficier d’une réduction fiscale de 50%.
Affaire à suivre car beaucoup de malades atteints de la maladie d’Alzheimer sont maintenus à domicile et leurs troubles sont parfois dangereux pour leur sécurité. Si certains d’entre vous sont équipés, j’aimerai bien avoir quelques retours en commentaires 😉