//
Vous lisez...

Cardio-vasculaire

Vers une prise en charge plus stricte de l’Hypertension artérielle

Un petit mot sur les études publiées dans le Lancet et menées par le Pr Peter Rothwell (Oxford, Grande-Bretagne), qui jettent un pavé dans la mare en matière de prise en charge de l’hypertension.
Le chercheur conclut que la variabilité de la tension artérielle d’une consultation médicale à une autre est en soi un facteur de risque d’accident vasculaire cérébral.
En reprenant plusieurs vastes études, dans des populations d’hypertendus ayant déjà souffert d’une attaque cérébrale transitoire, Peter Rothwell calcule que le risque de récidive est d’autant plus important que la tension systolique (le premier chiffre qu’on vous annonce) varie d’une consultation à l’autre.
Indépendamment du niveau tensionnel, la probabilité d’un nouvel AVC est multipliée par 6 chez les 10% de sujets qui ont la variabilité tensionnelle la plus forte, par rapport aux 10% ayant la variabilité la plus faible. Le risque d’infarctus est lui plus que triplé.
Ainsi, une hypertension épisodique est aussi à risque et les patients et leurs médecins ne devraient pas être rassurés par le fait que leur tension artérielle est parfois normale.
le Pr Peter Rothwell va plus loin en montrant que tous les médicaments ne font pas jeu égal pour stabiliser la tension.  Les médicaments de la famille des inhibiteurs calciques et les diurétiques sont plus performants que d’autres classes d’antihypertenseurs comme les bêtabloquants.
Ces annonces choc doivent faire reflechir aux stratégies actuelles de prise en charge.
Des résultats et des annonces chocs qu’il ne faut pas surinterpréter : on connnait maintenant bien l’effet blouse blanche au cabinet qui modifie les chiffres tensionnels dans le mauvais sens. De plus la prise doit être faite au repos, demi assis, sans prise préalable d’excitant genre café ou tabac… Autant dire mission impossible en médecine générale. A mon sens, le meilleur reflet demeure l’automesure à domicile sur quelques jours, mais en attendant d’intégrer toutes ces données dans nos futures pratiques, chacun fait à sa façon 🙂 (en suivant les recommandations… j’espère…!)