//
Vous lisez...

Coup de gueule

Procès de la clinique du Sport

infection nosocomiale20 ans après la révélation des premières contaminations sanitaires au sein de la Clinique du sport, le versant judiciaire de l’affaire est examiné à compter d’aujourd’hui par le tribunal correctionnel de Paris.

Le procès devrait porter sur la responsabilité des trois médecins – dont le directeur de la clinique – qui comparaissent notamment pour blessures involontaires et tromperies. A l’heure de la lutte contre les maladies nosocomiales, cette histoire fait froid dans le dos…
Petit rappel des faits : 58 victimes identifiées ont été contaminées par une bactérie, la mycobactérie Mycobacterium Xenopi via le resau d’eau potable de la clinique entre 1988 et 1993. La transmission se serait faite par la réutilisation de kits d’intervention à usage unique et par des carences dans la stérilisation des instruments chirurgicaux. L’infection se diagnostiquait difficilement puisqu’elle était d’abord prise pour une tuberculose osseuse.

Concernant le procès, les chirurgiens sont mis en cause et comptent réfuter leur possible responsabilité. La justice, pourtant, devra dire s’il existe d’autres coupables que les circuits d’eau de la clinique. Plus grave encore, selon l’accusation, la Clinique du Sport savait que certains patients avaient développé cette infection nosocomiale.

En France, 4000 décès par an sont liés aux maladies nosocomiales… Affaire a suivre…