//
Vous lisez...

Médicaments

La pilule accessible avec une ordonnance périmée

Les dispositions permettant aux infirmières de renouveler les ordonnances de pilules contraceptives et aux pharmaciens de les délivrer avec une prescription « périmée », sont entrées en vigueur, avec la publication au Journal officiel de la liste des médicaments concernés.
Rappelons que ces mesures étaient inscrites dans la loi « Hôpital, Patients, Santé, Territoires » .

Ainsi, les infirmières pourront renouveler une prescription, datant de moins de un an, pour tout type de contraceptif oral, pour une durée maximum de 6 mois.
Quant aux pharmaciens, ils pourront délivrer tout type de pilule avec une ordonnance dont la durée de validité est expirée, en inscrivant sur celle-ci « délivrance par la procédure exceptionnelle d’une boîte supplémentaire ». La même ordonnance ne pouvant servir qu’une fois.

Le Conseil national de l’Ordre des médecins, qui s’est toujours opposé à ces dispositions, invite les médecins à indiquer sur l’ordonnance, dès qu’ils l’estimeront nécessaire, la mention « non renouvelable« .
Le Conseil s’est en effet inquiété de ce que la liste de médicaments fixée comprend tous les contraceptifs oraux, y compris ceux qui ont des indications très particulières qui nécessitent une prise en charge spécifique qui ne pourrait avoir lieu dans le cadre de ce dispositif.

 

A titre personnel je trouve cette mesure tout a fait adaptée a l’heure où le nombre d‘IVG en France est alarmant et où on se pose la question de l’echec de la prévention (lisez : contraception, un constat d’echec).
Gare aux dérives toutefois, un pilule contraceptive n’est pas une boite de bonbons pour la gorge, et nécessite une surveillance médicale, via prise de sang et controle de l’examen clinique, pour être poursuivie sans risques pour la patiente !