//
Vous lisez...

Drogue

Narcocheck : dépistage de consommation de cannabis

Déjà en vente sur Internet et très bientôt en pharmacie, Narcocheck va séduire les parents curieux de savoir si leur ado fume du cannabis. Aussi simple et pas plus gros qu’un test de grossesse, il suffit de plonger l’outil dans les urines pour savoir quel est le niveau de consommation.

Signe de l’inquiétude croissante des parents face à l’usage de canabis qui grimpe en France, la mise en vente du premier test capable de jauger le dosage de cannabis dans les urines est déjà un succès, comme aux Etats-Unis ou les pays anglo-saxons et nordiques.

Son principe est simple : dosage qualitatif et pseudo quantitatif du tetra-hydro-cannabinol ou THC qui est la substance psychoactive du cannabis. 3 niveaux d’impregnation sont détectables dans les urines. Sachez également que les forces de police utilisent ce test pour orienter les recherches toxicologiques (vérifiées par une prise de sang) en cas de contrôle routier. (c’est du vécu aux urgences)

La plupart des psys et des toxicologues y sont hostiles : les jeunes doivent en effet être d’accord pour être testés, il ne faut pas dériver vers une obligation imposée par les parents qui viole l’intimité de l’ado.
Ce qu’il faut bien comprendre c’est que le dépistage n’est pas synonyme de sevrage et que repérer la consommation n’est que le premier pas vers le soin. De plus, les jeunes pratiquent souvent la polyconsommation et la prise de cannabis peut n’être que la partie émergée de l’iceberg. Il ne faut pas négliger ni banaliser la consommation d’alcool. Par ailleurs, en France, l’arrivée et la disponibilité d’autres produits toxiques cocaïne, héroïne… tentent de plus en plus les ados qui plongent parfois dans une véritable addiction avec des conséquences psychologiques et physiques sévères.

A titre personnel, je trouve que dépister les jeunes et les mettre face à leur consommation ne règle pas le problème : l’essentiel est dans la prévention et le dialogue.
Plus d’informations : drogue info service