//
Vous lisez...

Assurance maladie

Médecins libéraux : repeupler le désert

Les négociations entre les syndicats de médecins libéraux et l’assurance-maladie ont-elles  une chance d’aboutir ?
les pourparlers se focalisent sur le sujet épineux de la répartition des médecins sur le territoire.

En effet, pour pallier au problème des déserts médicaux en France, l’Etat s’efforce de trouver des méthodes pour inciter, de gré ou de force dirons nous, les jeunes médecins à s’installer dans ces zones.
alliermedecins
La plupart des syndicats  de médecins sont hostiles à des mesures coercitives : elles remettraient en cause la liberté d’installation, elles décourageraient les libéraux.

De l’autre coté, l’assurance-maladie et le gouvernement proposent une «contribution» qui pénaliserait les praticiens refusant de participer à l’offre de soins dans les territoires désertés, sous forme de remplacements, d’installation de cabinets secondaires, d’aides ponctuelles ou de gardes. Cette contribution représenterait 1 % des revenus des médecins, ce que les syndicats qualifient de «taxe» inadmissible.
Les discussions sont ouvertes, pour l’instant, Roselyne Bachelot reste prudente sur le sujet.
Michel Chassang, président de la CSMF, qui déclare :

« cette taxe serait injuste, car ce n’est pas de la faute des médecins déjà installés si la zone où ils exercent est devenue excédentaire au fil du temps[…] Cette taxe serait aussi contre-productive, en incitant les jeunes confrères à se détourner encore davantage de la médecine générale ou à se diriger vers un exercice salarié. On ne se laissera pas faire. […] Il n’est pas question d’instaurer un service médical obligatoire ».

Une polémique qui n’a pas fini de déchainer les foudres ! Prendrons nous exemple sur nos voisins ? Donnez nous votre avis ! commentez cet article !