//
Vous lisez...

Epidémie

Grippe A : j’ai passé 24h avec un masque

On en parle de ces masques contre la grippe A ! Tout le monde en veut, tout le monde veut se protéger, en avez vous seulement déjà porté un ? Voici mon histoire vraie…

C’était un vendredi matin, j’étais en staff avec les membres de mon service. Soudain mon chef reçoit un appel, se lève et sort de la pièce. Puis la porte s’ouvre : « Raphaelle, mets ça tout de suite » me dit mon chef en me tendant un masque. « L’étudiant infirmier a appelé ce matin, il dit qu’il a la grippe, il va venir faire les prélèvements pour la grippe A, en attendant ses résultats on garde le masque« . (voir test de dépistage)

Mauvaise journée annoncée… Je travaille en ce moment dans un service de gériatrie et nous avons du prendre des mesures draconiennes pour protéger nos patients si fragiles.

Je vous laisse imaginer le tableau : nous quittons la salle de staff et rejoignons le service tous masqués. Bizarrement un périmètre de sécurité s’est crée autour de nous. J’entends chuchoter « c’est la grippe A« , « ils l’ont c’est sûr ». L’ascenseur s’ouvre sur les 4 docteurs masqués : il se vide instantanément et nous rentrons dans notre service en quarantaine. Enfin un terrain ami : tout le monde est masqué : infirmières, aide-soignantes, agents d’entretien…

La journée avance, le masque est de plus en plus pénible à supporter : ça gratte, ça tient chaud, ça rentre dans l’œil, je n’ai pas eu cette joie mais il parait que ca fait de la buée dans les lunettes et puis n’espérez pas rester coiffés.
Vient l’heure du déjeuner… Comment faire ? On passe une paille sur le côté ? Personnellement je me suis contentée d’enlever mon masque en zone contaminée et de manger un sandwich avec mes collègues pestiférés.

Théoriquement, dans ma région, lorsqu’un prélèvement est effectué avant 12h, les résultats sont annoncés pour 18h… Sauf quand le laboratoire est saturé… Pas de résultats le jour même donc, en clair, vu qu’on est vendredi : masque obligatoire tout le WE !!!

Lorsque je quitte l’hôpital et que je vois les passants tourner les têtes sur mon passage, je comprends que je vais passer un super WE. Pour ne rien gâcher j’avais une course à faire : silence subit dans le magasin dès mon entrée, je n’en pouvais plus (je vous rappelle que ça gratte toujours et que c’est toujours chaud et étouffant) là je me sens obligée de me justifier.

Comme vous pouvez l’imaginer, le WE a été du même ton, j’ai donc évité de sortir. Finalement le résultat était négatif. L’histoire ne dit pas s’il a inventé cette histoire pour ne pas aller travailler ou s’il était vraiment malade mais la morale de l’histoire c’est que la France n’est pas prête pour le plan pandémie niveau 6, moi comprise  😉

Décidément cette grippe A aura fait couler beaucoup d’encre !