//
Vous lisez...

Grossesse

La pilule sans médecin ?

piluleLe journal Libération indique en effet qu’un amendement à la loi sur l’hôpital  (HSPT) propose que les pharmaciens puissent délivrer la pilule dans certaines conditions. Un autre amendement propose que les sages-femmes puissent aussi le faire.

Le quotidien rappelle qu’en France, le taux d’IVG est de 14,6 pour 1 000 femmes en âge de procréer, de 20 à 22 en Ile-de-France, alors que la moyenne européenne est à 11,2… Ces chiffres en constante augmentation justifieraient l’amendement.

Pour Elisabeth Paganelli, secrétaire générale adjointe du Syngof,  il faut une soupape médicale. Cela peut se faire par exemple au sein des centres de planification où un médecin serait disponible en cas de doute. On ne doit pas laisser repartir la patiente sans réponse.

Cet été, des pharmacies pourront la fournir sans ordonnance dans deux districts pilotes », avec pour objectif de « contribuer à la lutte contre les grossesses non désirées chez les adolescentes. Du coté européen, Londres tente la pilule en vente libre.

De bonnes nouvelles en réponse à l’article sur l‘IVG qui vous a fait beaucoup réagir ! Opinion personnelle, voilà un moyen simple et efficace de dépanner les femmes dans le cadre de leur contraception et d’éviter un maximum ce qui peut être évité !

Cela ne doit malgré tout pas dispenser les patientes de consultation médicale de surveillance et d’un contrôle biologique : la pilule n’est pas un traitement anodin !