//
Vous lisez...

Littérature

Interview du Dr Borée : Loin des villes, proche des gens !

Pour ce nouveau billet de la catégorie : « Paroles de blogueurs », nous avons interviewé le Dr Borée : médecin généraliste, blogueur, et Twittonaute régulier !

Il a publié il y a quelques mois un livre : « Loin des villes, proche des gens : Chroniques d’un jeune médecin de campagne » où il écrit son quotidien de médecin de campagne. Voici une bonne occasion pour nous de faire connaissance avec lui et avec sa pratique médicale.

1. Bonjour Dr Borée peux-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour, je suis un médecin généraliste de 40 ans. Je suis installé depuis quelques années dans une zone très, très rurale du Sud-Ouest. Je tiens un blog depuis février 2010.

2. Sur ton blog tu présente a juste titre comme une espèce en voie de disparition car installé à la campagne, pourquoi ce choix ?

Il fallait trouver un sous-titre au blog puisque « le blog de Borée » n’indique pas vraiment ce que l’on va y trouver. On parle beaucoup des problèmes de désertification médicale et des difficultés des médecins de campagne et je voulais apporter mon témoignage. Je tenais, en particulier, à m’éloigner à la fois du discours misérabiliste qui ressort trop souvent des médias mais aussi de la vision romantique et romanesque que l’on peut avoir, par exemple, à la lecture de « La Maladie de Sachs ».

Je voulais donc parler de ce qui fait ma réalité professionnelle au quotidien, des difficultés, certes, mais aussi des formidables expériences humaines qu’offre mon métier. J’aborde également régulièrement des problèmes de fonds, des aspects techniques ou des questions scientifiques dans mes billets, avec sérieux mais aussi, autant que possible, avec humour et détachement.

Bref, je voulais témoigner que l’on peut être médecin de campagne en étant heureux de son métier, sans se laisser déborder totalement par les contraintes et les horaires, et en ayant un haut niveau d’exigences scientifiques.

3. Parles nous de ton activité médicale ?

Parmi les éléments qui m’ont fait choisir la médecine rurale, il y a la possibilité de continuer à couvrir tout le champ de la médecine générale. Je fais pas mal de pédiatrie et de gynécologie, je fais régulièrement des gestes de petite chirurgie (que j’adore !) et je suis parfois confronté à de vraies urgences vitales où j’interviens en première ligne, le Smur étant à plus d’une demi-heure de route.

Malgré ça, j’arrive à maintenir un rythme de travail acceptable pour un médecin de campagne : je travaille quatre jours et demi par semaine (bon… ce ne sont certes pas des journées de 8 heures), mon cabinet est fermé le samedi et j’ai donc de vrais week-ends.
Quant aux gardes, elles reviennent assez souvent mais, grâce à la régulation, elles sont très vivables.

Beaucoup de travail donc, mais ce n’est pas démentiel non plus et ça permet de garder une vie à côté.

4. Que penses tu de l’anonymat des médecins sur internet ? Cahes tu volontairement ton identité ?

Oui, bien sûr. L’anonymat répond à deux impératifs. D’une part, il évite que l’on puisse me reprocher de me faire de la publicité (d’autant plus que j’ai bien assez de travail comme ça). D’autre part, et surtout, mon anonymat est la garantie de celui des patients dont je parle dans mes textes. Surtout dans mon contexte de petit village, il serait inacceptable qu’un patient dont je relate l’histoire puisse être reconnu.

Les médecins qui publient sur internet en leur nom propre le font généralement parce qu’ils ne parlent que de sujets généraux et jamais de leurs patients. Les rares exceptions peuvent se le permettre parce que, exerçant dans des grandes villes, c’est « l’anonymat de la masse » qui protège l’identité des patients qu’ils évoquent.

4. Tu es tres présent sur Twitter @Dr_Boree comment trouves tu le temps de twitter ? et que t’apporte ce média ?

Je twitte vite fait entre deux patients (Twitter m’offre alors une petite pause) ou, plus souvent, entre deux périodes de consultation.

C’est devenu un outil absolument indispensable à ma pratique et à mon équilibre personnel.

La communauté de « soignants », et de patients, que j’y ai trouvé est d’une richesse incroyable. On peut s’échanger des infos médicales, des « petits trucs », partager des coups de gueule, trouver du réconfort. L’exercice solitaire de la médecine générale est très dur à la longue, en particulier à cause de l’isolement. Twitter nous donne la chance d’échapper à ça : les échanges, les amitiés, les liens qui s’y tissent ont beau être « en ligne », ils ne sont pas du tout « virtuels » !

5. Peux tu nous présenter ton livre : « Loin des villes, proche des gens : Chroniques d’un jeune médecin de campagne » ?

Il y a presqu’un an, j’ai été contacté par un éditeur qui m’a envoyé un mail pour me dire « J’aime beaucoup ce que vous écrivez sur votre blog, et si nous en faisions un livre ? » et tout s’est déroulé assez vite ensuite.

Le livre reprend beaucoup de mes billets de blog, parfois avec quelques corrections de style, parfois réécrits en profondeur. Il y avait aussi une quinzaine de textes inédits que, depuis, je publie au fur et à mesure sur le blog, sauf le dernier poème « Lignes de vie » qui restera  consacré au papier.

J’ai eu le privilège que Martin Winckler accepte d’en faire la préface. Par ailleurs, mes billets de blog sont toujours accompagnés d’illustrations et j’ai donc choisi de convier des amis dessinateurs-blogueurs à illustrer certains de mes textes dans le livre. Il y a de vraies « stars » du net parmi eux tels que Boulet, Laurel, David Gilson ou Mipou.

En fait, je suis vraiment heureux et fier du résultat, sauf de la couverture qui est hideuse mais je n’y suis pour rien ! Les œufs pourris sont à jeter sur l’éditeur.

6. Que retiens tu de la rédaction et de la publication de ton livre ? Cela a t’il eu des conséquences particulières ?

Oui, bien sûr, je suis devenu très riche !

(En fait, non, l’auteur touche vraiment une petite fraction du prix de vente et écrire un livre ne permet pas de devenir riche sauf pour les rares écrivains qui en vendent des dizaines de milliers d’exemplaires)

La rédaction a été un peu particulière puisque la plupart des textes existaient déjà et qu’il s’agissait donc surtout d’un travail de réécriture. Au bout d’un moment d’ailleurs, à force de lire, relire et re-relire mes textes, je n’y voyais plus grand chose mais j’ai, heureusement, quelques amis qui m’ont aidé dans cette phase.

Ce que j’en retiens aussi, c’est que la publication d’un livre est une drôle d’aventure et qu’on a intérêt à tomber sur un bon éditeur si on veut que tout se passe bien.

Mais, sinon, l’expérience la plus marquante, ce sont les quelques séances de dédicaces que j’ai pu organiser. De très, très jolis moments d’échange direct avec des lecteurs fidèles de mon blog. Cette incrédulité que l’on peut avoir en découvrant qu’on a vraiment des « fans », des gens pour qui ce que j’écris a de l’importance, des témoignages profondément touchants. C’était vraiment hyper-motivant !

J’en redemande et je vais tâcher d’organiser quelques autres rencontres au gré de mes déplacements.

7. As tu de nouveaux projets littéraires ?

Pas dans l’immédiat, non. J’ai bien un projet de roman médico-policier mais ça fait un an qu’il est sur pause à la fin du troisième chapitre, je  préfère donc ne pas trop compter dessus. Toujours pareil, le temps, le temps, le temps…

Pour le reste, on verra bien ce que je continuerai à écrire sur le blog mais il est hors de question de jouer les pisse-copie. Je ne vais pas inventer des histoires, ni écrire simplement pour faire du volume. Pour rédiger un billet il faut que j’ai l’impression d’avoir vraiment quelque chose à raconter, qu’il y ait une sorte de « morale de l’histoire » et que ce ne soit pas un sujet que j’aie déjà évoqué. J’ai beau avoir un métier passionnant et diversifié, ces conditions ne se présentent pas tous les jours !

6. As-tu des liens internet à nous recommander (quelque soit le sujet) ?

Consulte ma blogroll !

En-dehors d’elle, deux sites dont je me sers très régulièrement :

  • Choisirsacontraception.fr : qui est très bien fait et à jour dans les recommandations, vraiment très utile autant pour les patient(e)s que pour les soignants.
  • Antibioclic.com un outil 2.0 sans but commercial, très utile et pratique au quotidien. (à lire : notre article sur antiobioclic)
  • Mon vrai coup de cœur de ces derniers mois en matière de blog médical : Lebruitdessabots, beaucoup de talent, du fond et une écriture noire, rouge et électrique.

 

Merci beaucoup le Dr Borée d’avoir répondu à mes questions.

Pour en savoir plus, et pour suivre les aventures du Dr Borée, retrouvez le : <br>- sur son blog : Le blog de Borée : un médecin généraliste installé à la campagne. <br>- sur Twitter : @Dr_Boree <br>- et son livre : Loin des villes, proche des gens : Chroniques d’un jeune médecin de campagne (dans toutes les bonnes librairies)