//
Vous lisez...

Epidémie

Grippe A (H1N1) : une synthèse s’impose

Hier soir Roselyne Bachelot s’exprimait sur les actualités concernant la Grippe A H1N1 et l’évolution de la campagne de vaccination. Quelques rappels pour ceux que ça intéresse en lisant : Grippe A, que faut il surveiller ? et Grippe A, ce qu’il faut savoir.

Je vous propose un billet de synthèse histoire de faire un peu le point sur les chiffres, la vaccination et les idées reçues qui circulent encore sur la pandémie grippale.

Les chiffres : on en est où ?

  • ce sont près de 1,5 millions de français qui sont atteints de la grippe A H1N1.
  • 46 décès dont 17 depuis 1 semaine en France métropolitaine.
  • une recrudescence des cas graves avec détresse respiratoire et nécessité de passage en réanimation : 25 cas nécessitant une ventilation assistée et 245 en soins intensifs depuis le début de l’épidémie.
  • Une grippe qui prend toute la place puisqu’elle représente plus de 95% des virus circulant dans la population mettant au tapis sa copine la grippe saisonnière.

La vaccination : on en est où ?

  • Près de 200000 français vaccinés contre la grippe A.
  • L’arrivée vendredi 20 novembre d’un vaccin sans adjuvant destiné aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 2 ans.
  • Une organisation de la campagne un peu difficile : centres fermés, vaccins jetés faute de volontaires…
  • Roselyne Bachelot évoquait hier la possibilité dès janvier 2010 de la vaccination au cabinet du médecin traitant.

Les idées reçues et rumeurs : on en est où ?

  • La mobilisation du corps médical est massive en ce qui concerne la vaccination, contrairement aux idées qui circulent
  • La possibilité d’un syndrome de Guillain Barré semble être écartée : la ministre de la santé se veut rassurante et insistait hier sur l’innocuité importante du vaccin.
  • Il est conseillé de faire le vaccin avec l’adjuvant lorsque cela est possible : comme toujours dans les tests de recherche médicale, on ne peut pas tester sur des enfants en bas âge ni sur des femmes enceintes le potentiel effet néfaste d’une molécule. Le retrait de l’adjuvant dans les vaccins qui leur sont destinés suit le principe de précaution. Ceci n’est pas synonyme de dangerosité de l’adjuvant !!
  • Un dépistage en 12h dans les services d’urgences qui sont en partie aux frais du patient (lisez test de dépistage).

De notre côté, nous avons trouvé 2 fois porte close aux horaires d’ouverture pour 2 centres de vaccination dans notre commune… Donc toujours pas vaccinés ! En revanche nous sommes bien convaincus de le faire (lisez le blog se fera t’il vacciner ?)