//
Vous lisez...

Grossesse

Dépistage de la prématurité

prematuriteScience fiction, meilleur des mondes ? Non non, il s’agit bien là d’une récente recherche très sérieuse menée en Angleterre sur le dépistage de la prématurité.

Publiée sur le site Internet du British Journal of Obstetrics and Gynaecology, cette étude  nous apprend que les futures mères qui donnent naissance avant terme, soit avant 34 semaines de grossesse, ont un taux de progestérone moindre dans leur salive.
Grâce à cette découverte, les chercheurs de l’University College et du King’s College de Londres espèrent mettre au point un test de dépistage salivaire afin d’identifier le risque de naissance prématurée.

Les auteurs de cette recherche ont travaillé avec 92 femmes enceintes ayant déjà des antécédents d’accouchement prématuré ou de fausse couche. Des échantillons de salive ont été prélevés chez ces patientes, de la 24e semaine de gestation à l’accouchement. Il semblerait que ce serait l’action anti inflammatoire de la progestérone qui protège de certaines infections responsables d’accouchements prématurés.

Rappelons que la prématurité concerne 5% des grossesses en France.
Les causes les plus fréquentes dépendent des antécédents de la patiente, des conditions locales (fibromes utérins, exposition au distilbène…), les malpositions de placenta, les grossesses multiples…
Les facteurs environnementaux jouent également un grand rôle : infection pendant la grossesse et surtout le TABAC !

Pour arreter de fumer lisez ceci : http://www.blogdelasante.com/category/prevention/tabac/