//
Vous lisez...

Grossesse

Contraception : un constat d’échec

Je prépare depuis quelques temps un billet qui reprendrait un peu les bases des contraceptifs à la disposition des femmes et une sélection de sites pour mieux s’informer.

Au final c’est l’actualité du moment puisque le rapport de l’IGAS (inspection générale des affaires sociales) rendu le 2 février 2010 à Roselyne Bachelot est éloquent : 200 000 femmes ont recours à une interruption volontaire de grossesse chaque année en France et le plus étonnant est que 72% d’entre elles ont une contraception.


Le problème ? L’information passe mal et les méthodes choisies sont inadaptées. Par exemple : est il judicieux de mettre sous pilule contraceptive une femme qui l’oublie un jour sur deux ? Réponse évidente et pourtant trop peu de gens savent que le stérilet peut être proposé à des femmes qui n’ont pas encore eu d’enfants. De même, l’implant sous cutané est largement diffusé : non dénué d’effets secondaires (notamment saignements…) il est tout de même une alternative intéressante à la pilule pour les étourdies.

J’ai eu l’occasion de travailler comme animatrice sur des forums de prévention sexualité auprès de collégiens et je ne suis pas étonnée d’entendre ces chiffres très alarmants : 2 élèves de 3e sur 3 pensent qu’on ne peut pas tomber enceinte lors du 1er rapport sexuel. Vu mon expérience professionnelle dans ce domaine, je peux vous dire que pour ce qui est de la transmission de MST, les chiffres doivent être sensiblement les mêmes… Mais c’est un autre sujet 🙂

Les solutions proposées par la ministre qui veut « mettre le paquet » (je cite) :

  • Prévention et information accrue en milieu scolaire : perso je pense qu’il faudrait des structures comme ces forums où j’ai travaillé. Les jeunes pouvaient circuler librement, choisir leurs ateliers et rester en petits groupes. Imaginez le tollé en parlant de sexualité et de contraception à une classe entière à un âge où les filles et les garçons ont des maturités si différentes.
  • Faciliter l’information sur la contraception : je trouve regrettable que les centres de planification familiale  ne soit pas plus connus et plébiscités.
  • Faciliter l’accès aux centres d’IVG en améliorant son organisation au sein de l’hôpital.

Pour celles et ceux qui se sentent concernés je vous conseille de lire les informations disponibles sur le site : ma contraception
A mon sens, intéressant à consulter pour les professionnels de santé afin de faire le point sur nos connaissances et préjugés sur les moyens de contraception dont les indications évoluent en permanence, et, pour le grand public désireux de s’informer d’une manière simple et claire.