//
Vous lisez...

Epidémie

Campagne de vaccination Grippe A : réticences ?

VACCIN-GRIPPE-ALa campagne de vaccination contre la grippe A a débuté : les personnels médicaux et paramédicaux sont les premiers à pouvoir en bénéficier. Pour le grand public, il faudra attendre jusqu’au retour des vacances de la Toussaint. Mais comment est accueillie la campagne ?

Le vaccin sera proposé en tout premier lieu aux soignants des services de réanimation, néonatologie, maternité et pédiatrie. Viennent ensuite les professionnels de santé hospitaliers exposés à des patients grippés ou en contact avec des malades porteurs de facteurs de risque.
Reste à savoir quel sera le choix final des personnels de santé. Plusieurs enquêtes ont montré que comme la population générale, les soignants sont peu convaincus voire réticents à cette vaccination.

Voici quelques témoignages recueillis par le Figaro qui en disent long sur la controverse qui règne actuellement :

– Bertrand Guidet, réanimateur à l’hôpital Saint-Antoine (Paris), déclare : « Je me ferai vacciner, car je suis au contact de malades de réanimation et j’effectue des gestes qui m’exposent. Mais dans mon service, j’observe des réticences, et surtout une confusion avec la vaccination contre la grippe saisonnière ».

– Un « cadre d’un hôpital du sud de la France » indique : « Je ne me fais pas vacciner contre la grippe saisonnière. Je ne le ferai sans doute pas non plus contre la grippe A (H1N1). Ce vaccin a un peu été préparé dans l’urgence. Il n’y a pas vraiment de recul. On entend beaucoup de choses sur ce sujet et on ne sait plus quoi penser ».

– Emmanuel Hirsch, professeur d’éthique (université Paris Sud-XI), remarque quant à lui que « la controverse actuelle au sein des professionnels de santé est révélatrice d’évolutions qui peuvent interroger voire inquiéter.  le refus de certains soignants de se faire vacciner pourrait traduire un malaise plus profond, comme s’il s’agissait de signaler une contestation à l’autorité publique qui porte (de manière trop exposée) le message d’une nécessaire vaccination».

Des réticences qui sont pourtant fondées sur des a priori… Les 94 millions de doses de vaccin vont rester sur les bras de la France à ce rythme là ! Et vous, prêts pour la vaccination ?