//
Vous lisez...

Coup de gueule

Augmentation des agressions sur les médecins généralistes !

generalisteLes généralistes sont les principales victimes des actes de violence contre les médecins… c’est ce que remarque le Monde.
Le quotidien indique ainsi qu’en 2008, 535 incidents de ce type ont été recensés par l’Observatoire de la sécurité des médecins, créé en 2004 par le Conseil national de l’Ordre des médecins. C’est moins que le pic atteint en 2007 : 837 incidents déclarés.

Le Dr Jean-François Guyonnard, déclare que « ces incidents à répétition nous préoccupent beaucoup. Ils créent un climat de suspicion et d’insécurité permanent pour nos confrères, qui nuit à la qualité des soins, alors que notre métier est basé sur une relation de confiance avec les patients ».

Le Monde précise que dans près de la moitié des cas (46%), il s’agit d’agressions verbales. Viennent ensuite les vols (25%) et les agressions physiques (11%).

Les raisons de cette violence sont apparemment variées : temps d’attente jugé excessif par les patients (9% des cas), refus de prescrire le médicament voulu (8%), reproche relatif à un traitement (6%), décision médicale contestée, refus de certificat médical ou d’arrêt de travail, refus de payer une consultation…

Le phénomène touche en majorité les médecins généralistes, qui sont à 62% à l’origine des fiches de déclaration d’incident, loin devant les ophtalmologistes et les psychiatres, en tête des spécialistes les plus concernés par les incidents.
Le CNOM pousse les médecins à davantage déclarer les incidents qu’ils subissent auprès de l’Observatoire, et à porter plainte devant la justice : en effet, près de 4 incidents sur 10 ne donnent lieu à aucune action judiciaire.
L’Observatoire envisage également de créer une formation spéciale pour les médecins et souhaite renforcer sa coopération avec les autorités locales concernées (police, justice et collectivités locales).

Des nouvelles peu encourageantes pour des généralistes déjà en voie de disparition dont l’installation se fait de plus en plus tardive…