//
Vous lisez...

Médicaments

Actos, Compétact : Recommandations aux médecins et pharmaciens

competact vidalNous vous en parlions dans notre billet : . La Commission d’autorisation de mise sur le marché (AMM) du 7 avril 2011 a réexaminé le rapport bénéfice / risque de la pioglitazone, les données de pharmacovigilance rapportées en séance ayant souligné la possibilité d’un risque accru de cancer de la vessie chez des patients diabétiques traités par pioglitazone (Actos®, Competact®).

L’Afssapas, a publié récement des recommandations pour les prescripteurs et pour les pharmaciens.
J’ai trouvé intéressant de faire un billet reprenant les informations à destination des médecins et des pharmaciens concernant la conduiite à tenir dans les prochaines semaines sur la prescription d’Actos, Compétact.

Publier ce communiqué est intéressant, dommage qu’ils ne s’engagent pas plus pour proposer une conduite à tenir claire en attendant les résultats de l’enquête.

Recommandation aux prescripteurs
Dans l’attente de cette prochaine réévaluation, l’Afssaps recommande de prendre en compte, avant toute prescription de pioglitazone chez un patient diabétique, les facteurs de risque additionnels potentiels de cancer de la vessie tels que l’exposition au tabac, l’âge, le sexe masculin, les infections urinaires chroniques, ainsi que certaines expositions professionnelles à des produits chimiques.
Le choix du médicament antidiabétique le plus adapté doit tenir compte de l’état clinique du patient et de l’évolution de son diabète. Il convient dans tous les cas de s’assurer que les mesures hygiéno-diététiques et médicamenteuses permettent un contrôle glycémique satisfaisant par la mesure de l’hémoglobine glyquée. Un avis spécialisé devra être requis en cas de difficulté à équilibrer la glycémie.

Information pour les pharmaciens
Les médicaments contenant de la pioglitazone sont en cours de réévaluation européenne de leur bénéfice / risque. A ce titre, Il n’y a pas lieu de cesser la délivrance d’Actos® et de Competact® qui ne font pas, à ce stade, l’objet d’une mesure de suspension d’autorisation de mise sur le marché. En cas de question, un rapprochement avec le médecin prescripteur est conseillé.